Brezhoneg (Breizh)French (Fr)

Espace Presse

Débat

cloud 3

kendiviz

Vendredi 23 octobre 2015 - 18h30
Théâtre Max Jacob - Quimper

Dans le cadre de la journée de manifestations pour la reconnaissance de la diversité des langues et des cultures des territoires


Soirée débat public

Cliquer ici pour plus d'infos.

Festival du livre

festivaldulivre

Accueil
Deomp de'i !!
Peuple corse, communauté de destin, citoyenneté de résidence

(Alex Bertocchini - Alta Frequenza) - République, diversité territoriale et universalité des droits! C'est l'intitulé de la motion adoptée récemment par le congrès national de la ligue des droits de l'homme. Ce texte, qui devient donc le document de référence de la L.D.H nationale, mais aussi internationale, s'articule autour du triptyque suivant: Peuple corse, communauté de destin, citoyenneté de résidence. Une écriture ambitieuse donc, et qui tombe pile poil dans le grand débat qui intéresse aujourd'hui la Corse et qui porte sur la définition d'un nouveau statut politique. André Paccou a défendu ce texte il y a quelques jours à Niort devant plus de 500 délégués de la ligue nationale des droits de l'homme. Quelle est la portée de celui-ci?

Ecoutez l'interview sur Alta Frequenza ICI

 
La LDH fait bouger les lignes

République, diversité territoriale et universalité des droits

La République n’existe pleinement que dans le respect des libertés, de l’égalité et de l’universalité des droits. Toute discrimination, toute assignation des êtres humains en fonction de leurs origines, de leur couleur de peau, de leurs choix de vie ou de leurs opinions la défigure. Aucune singularité, aucun particularisme n’autorise à déroger à ces exigences.

Article complet sur le site de la Ligue des Droits de l'Homme ICI

 
Communiqué UNESCO

REÇUES A L'UNESCO LE 15 MAI 2013, LES LANGUES RÉGIONALES DE FRANCE ONT DÉPOSÉ LEURS DEMANDES D'ASILE CULTUREL.

Mercredi 15 mai, une centaine de délégués des différentes langues de France se sont présentés au siège de l'UNESCO à Paris, pour demander l'asile culturel et la protection d'un patrimoine culturel de l'humanité. En effet, les langues basque, bretonne, catalane, créoles, occitane, les langues régionales d'Alsace et de Moselle, les langues d'oïl, les langues d'outre-mer sont les vecteur de cultures et d'identités multiples, pourtant mises en danger de mort par l'État français.

Lire la suite...
 
Demande solennelle de mise sous protection de l'Unesco


Collectif du 31 mars 2012 – EBLUL/ELEN-France Réseau Européen pour l'Égalité des Langues

Association des Rencontres inter-régionales des langues et cultures régionales.

In english here

DEMANDE SOLENNELLE de MISE SOUS PROTECTION DE L'UNESCO

Paris – 15 mai 2013

Nous, locuteurs de langues régionales de l'État français,
face à la discrimination linguistique dont nous sommes l’objet,
nous demandons l'asile culturel auprès de l'UNESCO


Le Président de la République, François Hollande, a pris l'engagement de faire ratifier la Charte des langues régionales ou minoritaires du Conseil de l'Europe.

Cet engagement n°56 de son programme, maintes fois réitéré devant les électeurs comme devant les parlementaires européens et rappelé à plusieurs reprises par le Gouvernement devait passer par une révision de la Constitution qui vient d'être retiré du projet de loi de modification Constitutionnelle.

Dans le même temps, le projet de loi sur la refondation de l'école de la République encore en débat et le projet de loi de décentralisation, réduisent encore le statut de nos langues quand ils ne les ignorent pas.

C'est donc l'espoir de reconnaissance, enfin, pour des millions de locuteurs et de citoyens attachés à leurs langues, qui s'éloigne suite à un simple avis du Conseil d'État qui n'oblige en rien.

C'est un repli frileux sur une vision archaïque d'une société monolingue, fût-elle française; c'est le pluralisme et la diversité qui sont mis à mal ; c'est la démocratie qui est atteinte ; c'est la dynamique et la créativité sociales de nos territoires dont nous avons tant besoin dans cette période difficile qui risquent d'être cassées.

C'est pourquoi, compte tenu de son rôle à l'échelle internationale pour la défense de la diversité des langues et des cultures, pour les droits de l'homme et pour un développement durable, aujourd'hui, nous, locuteurs des langues de France, nous demandons l'asile culturel auprès de l'UNESCO,

Nous demandons également à nos élus parlementaires de modifier la Constitution pour faire ratifier la Charte des langues régionales ou minoritaires du Conseil de l'Europe conformément aux principes de démocratie, de droits de l'homme et de l'État de droit qui la sous-tend et aux engagements du Président de la République.

Lire la suite...
 
Les langues régionales demandent l'asile culturel à l'UNESCO

APPEL : RENDEZ-VOUS !

MERCREDI 15 MAI, a 11h, parvis de l’UNESCO à Paris

Nous, locuteurs de langues régionales de l’État français, face à la discrimination linguistique dont nous sommes l’objet, nous demandons l’asile culturel auprès de l’UNESCO et faisons une demande solennelle de mise sous protection de l’UNESCO.

En effet, la décision du Président de la République de renoncer à la ratification de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires,

et le mépris affiché pour ces mêmes langues et leurs locuteurs dans le projet de loi de refondation de l’école à travers le seul article qui en parle, l’Article 27 bis
« Art. L. 312-11. – Après accord des représentants légaux des élèves ou des élèves eux-mêmes s’ils sont majeurs, les professeurs peuvent recourir aux langues régionales chaque fois qu’ils peuvent en tirer profit pour leur enseignement de la langue française. »

mettent plus que jamais en danger nos langues dites régionales !

*Le 15 mai est le jour où les sénateurs planchent sur la loi de refondation de l’école.

UNESCOQue va-t-il se passer mercredi 15 mai, à 11h, devant le parvis de l’UNESCO ?

Confrontés à la discrimination linguistique systématique de l’Etat français, les locuteurs des langues régionales demanderont officiellement l’asile culturel auprès de l’Unesco. Chaque langue régionale présentera une délégation composé d’un membre de la société civile et d’un parlementaire ou élu. Le texte officiel de la demande d’asile sera alors prononcé par un représentant de la société civile de cette délégation. Il sera transmis à la presse. Un rendez-vous auprès de la direction de l’UNESCO a été sollicité.

Lire la suite...
 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 4 sur 15