Brezhoneg (Breizh)French (Fr)

Espace Presse

Débat

cloud 3

kendiviz

Vendredi 23 octobre 2015 - 18h30
Théâtre Max Jacob - Quimper

Dans le cadre de la journée de manifestations pour la reconnaissance de la diversité des langues et des cultures des territoires


Soirée débat public

Cliquer ici pour plus d'infos.

Festival du livre

festivaldulivre

Accueil
Défendons les langues régionales PDF Imprimer Envoyer

Jean Vincent PlacéM. Jean-Vincent Placé est un sénateur "Europe Ecologie", mais également un ancien orphelin Sud-Coréen qui a été adopté par des parents français suite à la guerre de Corée.

Pourtant, notre Sénateur 'Sud-Coréen', venu tout droit de l'autre bout du monde, a déjà pris plus d'initiatives pour la défense des langues régionales en France, que nombre de Sénateurs ou de Députés Alsaciens concernés, mais qu'on a jamais entendu à ce sujet (à part certains, toujours les mêmes !) et qui brillent surtout par leur silence, leur suivisme amorphe voire leur m'en-foutisme à ce sujet. M. Placé est Sénateur pour la région parisienne (Essonne), et lui ne s'en fout pas de l'avenir de notre langue et de notre culture en Alsace. Bravo à lui.

Défendons les langues régionales

Publié le 6 février 2013 dans Au Sénat Questions au Gouvernement
M. Jean-Vincent Placé attire l’attention de Mme la ministre de la culture et de la communication sur la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Depuis 1992, la possibilité est offerte aux États membres du Conseil de l’Europe de ratifier la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. La protection et la promotion de ces langues sont des éléments fondamentaux non seulement pour garantir la richesse et la diversité culturelle de notre pays, mais également pour lutter contre toute forme de discrimination et faire respecter la liberté d’expression et de communication. Pourtant, la France reste excessivement en retard sur le sujet : alors que 25 États l’ont déjà ratifiée, la France n’a fait que la signer en 1999 et le Conseil constitutionnel a donné cette même année un avis défavorable à sa ratification pour cause d’inconstitutionnalité. Toutefois, des évolutions d’ordre législatif et politique relancent le débat de sa ratification. À cet égard, l’article 75-1 de la Constitution, introduit par la révision constitutionnelle de 2008, dispose que « les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France ». Il lui demande quelles sont les modalités de mise en œuvre de la ratification de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires et les mesures envisagées pour faire appliquer la charte une fois celle-ci ratifiée.

Commentaire pour “Défendons les langues régionales”

Philippe Steinmetz, le 7 février 2013 Votre commentaire est en cours de modération
Bravo !
La France ne peut pas continuer à donner des leçons de tolérance et de pluralisme linguistique au monde entier, notamment au Canada (Québec, ‘Acadie’), à la Belgique (Wallons, minorité francophone installée en Flandre), à la Suisse (Romandie) ou à l’Italie (Val d’Aoste), tout en continuant à éradiquer ses propres langues régionales en Bretagne, en Corse, au Pays Basque, en Occitanie, en Flandres, en Catalogne du Nord et en Alsace-Moselle. Comme pratiquement tous les Alsaciens de notre génération, j’ai subi une scolarité complète sans jamais y avoir rencontré une seule fois ma propre langue, pourchassée et martyrisée jusque dans les cours de récréation dès les classes de petite Maternelle, ici chez moi en Alsace ! Et si les Canadiens Anglophones faisaient subir la même chose aux enfants Québécois ? Idem en Belgique, en Suisse et en Italie…
Cette duplicité idéologique française (jacobinisme) n’a que trop duré.