Brezhoneg (Breizh)French (Fr)

Espace Presse

Débat

cloud 3

kendiviz

Vendredi 23 octobre 2015 - 18h30
Théâtre Max Jacob - Quimper

Dans le cadre de la journée de manifestations pour la reconnaissance de la diversité des langues et des cultures des territoires


Soirée débat public

Cliquer ici pour plus d'infos.

Festival du livre

festivaldulivre

Accueil
A Genève, le Conseil des droits de l'homme interpelle la France sur sa politique à l'égard des langues régionales PDF Imprimer Envoyer

Le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, s'est réuni à Genève entre le 21 janvier le 1er février pour examiner la situation des droits de l'homme en France comme dans plusieurs autres pays, dans le cadre de la procédure de l'Examen Périodique Universel.


Kevre Breizh, membre du Réseau Européen pour l'Égalité des Langues, y est intervenu avec des représentants d'Occitanie et du Pays Basque.
Le Conseil des droits de l'homme, par l'intermédiaire des représentants de différents États a demandé à la France de modifier sa Constitution pour reconnaître l'existence de groupes minoritaires, de retirer ses réserves sur les articles 27 du Pacte sur les droits civils et politiques et 30 de la Convention des droits de l'enfant qui reconnaît le droit des personnes de groupes linguistiques minoritaires à l'usage et à la transmission de leurs langues et leurs cultures. Il a demandé à la France de ratifier la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires et en particulier de donner des moyens suffisants, tant humains que financiers pour développer les langues régionales à la radio et à la télévision publique.
La délégation française, conduite l'Ambassadeur aux droits de l'homme François Zimeray, à ce jour, n'a apporté aucune réponse à ces questions, alors que le Chef de l'État s'est pourtant engagé à ratifier la Charte européenne des langues Régionales ou minoritaires. En tout état de cause, la France devra y répondre au plus tard lors de la 23ème session du Conseil des droits de l'homme en juin 2013.
Par ailleurs, il a été demandé à la France d'associer étroitement les ONG travaillant pour la défense des langues régionales au suivi et à la préparation de ces rapports.


Pour Kevre Breizh

 

Communiqué EBLUL-ELEN