Brezhoneg (Breizh)French (Fr)

Espace Presse

Débat

cloud 3

kendiviz

Vendredi 23 octobre 2015 - 18h30
Théâtre Max Jacob - Quimper

Dans le cadre de la journée de manifestations pour la reconnaissance de la diversité des langues et des cultures des territoires


Soirée débat public

Cliquer ici pour plus d'infos.

Festival du livre

festivaldulivre

Accueil
Langues régionales. Paul Molac déplore un renoncement PDF Imprimer Envoyer

Article du Ouest france Jeudi 14 mars 2013 paulmolac2

Fraîchement installé au Comité consultatif pour la promotion des langues régionales, le député écologiste morbihannais Paul Molac n’a pas apprécié tous les points de la réforme constitutionnelle présentée mercredi.

Paul Molac déplore « le renoncement du gouvernement sur la ratification de la Charte des langues régionales ou minoritaires ».

Pour lui, la ratification de la Charte européenne des Langues régionales fait les frais d’un manque d’ambition. « Conseil d’État et Conseil constitutionnel en tête, n’a eu de cesse de se cacher derrière des arguties juridiques pour s’opposer à toute reconnaissance de la diversité linguistique et culturelle. La Constitution leur sert de rempart pour imposer une vision unitaire du pays, non seulement au niveau politique, mais également au niveau culturel et linguistique », analyse-t-il, rappelant que François Hollande s’était engagé à la faire ratifier. Il s’agissait de son engagement de campagne n°56. Un numéro qui était facile à retenir pour le député morbihannais…

 

Article : Le Point 14 mars 2013

Un député breton déplore le recul sur la charte des langues régionales

Le député écologiste du Morbihan Paul Molac a déploré jeudi dans un communiqué que la réforme de la Constitution présentée cette semaine par le gouvernement ne comprenne pas la ratification de la charte européenne des langues régionales.

"La technostructure de l'Etat, Conseil d'Etat et Conseil constitutionnel en tête, n'a eu de cesse de se cacher derrière des arguties juridiques pour s'opposer à toute reconnaissance de la diversité linguistique et culturelle", selon M. Molac.

"La Constitution leur sert de rempart pour imposer une vision unitaire du pays, non seulement au niveau politique, mais également au niveau culturel et linguistique", ajoute ce député apparenté à l'Union Démocratique Bretonne (UDB).

Le député du Morbihan souligne que François Hollande s'y était pourtant engagé dans ses "60 engagements pour la France" lors de la campagne présidentielle.

"Suite à l'avis négatif rendu par le Conseil d'Etat et face au refus de la droite de soutenir cette révision pour ratifier la charte, le président de la République recule", ajoute-t-il, déplorant que la France soit "très en retard" par rapport aux autres pays d'Europe.

"Face à ce recul, le gouvernement choisit une ouverture très mesurée sur les langues régionales en acceptant un faible nombre d'avancées dans la loi de Refondation sur l'Ecole et probablement dans la future loi de décentralisation", conclut le député.