Brezhoneg (Breizh)French (Fr)

Espace Presse

Débat

cloud 3

kendiviz

Vendredi 23 octobre 2015 - 18h30
Théâtre Max Jacob - Quimper

Dans le cadre de la journée de manifestations pour la reconnaissance de la diversité des langues et des cultures des territoires


Soirée débat public

Cliquer ici pour plus d'infos.

Festival du livre

festivaldulivre

Accueil Documents - points de vue documents La swaré bèlè : pou nou tjenbé larel nou
La swaré bèlè : pou nou tjenbé larel nou PDF Imprimer Envoyer
Index de l'article
La swaré bèlè : pou nou tjenbé larel nou
La culture danmyé-kalennda-bèlè nous invite à « ne pas oublier ».
La culture danmyé-kalennda-bèlè nous invite à organiser notre vie individuelle et collective autour d’un certain nombre de valeurs.
Toutes les pages

La culture danmyé-kalennda-bèlè nous invite à « être nous-mêmes ».

 La swaré bèlè est l’espace de vie traditionnel et identitaire de la culture bèlè ; là où s'exprime le mieux ce qu'elle traduit profondément : la volonté et la capacité de la communauté martiniquaise à Etre, le besoin du "Vivre ensemble" et de la Communion, l'importance de chacun dans l'affirmation collective. C'est un espace ritualisé d'échange (entre pratiquants, avec les assistants, avec « sa ki alantou »), d’'expression et de créativité, d'apprentissage aussi.C'est un moment important dans la vie de la communauté bèlè et du peuple martiniquais : nous nous rassemblons autour d'un certain nombre de valeurs (identité, solidarité, respect, liberté/responsabilité, fraternité), nous tentons d'aller au plus profond de nous-mêmes, à la recherche de notre âme collective.
Le monde bèlè essaie aujourd'hui de porter des réponses à de nouvelles questions posées par le renouveau du bèlè et des swaré : comment gérer le nombre, comment établir des règles communes et une régulation, comment préserver le sens ? Pour cela, il s'est largement regroupé au sein de Coordination Lawonn Bèlè, une institution issue de la tradition, une institution qui nous est propre et qui peut nous aider à construire notre propre parole de « moun bèlè », notre propre parole de Martiniquais, et à la dire au monde.