Brezhoneg (Breizh)French (Fr)

Espace Presse

Débat

cloud 3

kendiviz

Vendredi 23 octobre 2015 - 18h30
Théâtre Max Jacob - Quimper

Dans le cadre de la journée de manifestations pour la reconnaissance de la diversité des langues et des cultures des territoires


Soirée débat public

Cliquer ici pour plus d'infos.

Festival du livre

festivaldulivre

Accueil 2012 Législatives 2012 Les réponses des candidats
Législatives 2012
Des bretonnants à l'Assemblée nationale. PDF Imprimer Envoyer

Jean Luc Bleunven et Paul Molac, deux députés bretonnants à l'Assemblée Nationale dans un reportage d'An Taol Lagad diffusé sur France 3 le 20 juin 2012 dans l'édition de 12h.

Pour voir la vidéo :

[Cliquez ici]

Jean Luc Bleunvenn et Paul Molac

 

 

 

 

 

 

 
Législatives: les candidats et les langues régionales en images! PDF Imprimer Envoyer

Par France 3 Iroise

Les candidats du Finistère donnent leurs intentions sur les grands thèmes concernant le département. Que disent les candidats aux élections législatives sur la signature de la charte européenne des langues régionales et minoritaires? Une charte qui concerne bien évidemment le breton. La France a signé mais pas n'a pas ratifié la charte suite à une décision de son Conseil constitutionnel, en 1999.

En juillet 2008 et un nouvel article a été ajouté à la Constitution: « les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France ».

Jean Jacques Urvoas (PS)

Georges Philippe Fontaine (UMP)

 

 

Voir les vidéos des autres candidats!
 
Catalogne PDF Imprimer Envoyer

La réponse des candidats aux législatives est en ligne sur le site:

http://www.federacio.cat/

avec les positions des candidats bretons sur France3 Bretagne

http://www.federacio.cat/index.php?option=com_content&view=article&id=73:bretanya-els-candidats-que-se-posicionen&catid=4:nivell-estatal

 
Législatives. Comment défendre la culture bretonne ? PDF Imprimer Envoyer

Nous achevons aujourd'hui notre série de questions aux candidats par une dernière thématique sur la culture bretonne : comment la défendre concrètement ?

article du Télégramme du 8 juin 2012

Lire la suite...
 
Anne-Marie KERVERN PDF Imprimer Envoyer

ponse d'Anne-Marie KERVERN

au questionnaire de la fédération KEVRE BREIZH

ENGAGEMENTS POUR UNE RÉPUBLIQUE RESPECTUEUSE DE SES LANGUES ET CULTURES RÉGIONALES

Lire la suite...
 
Dominique Guizien candidat EELV (4ème circonscription du Finistère) PDF Imprimer Envoyer

Moi, Dominique Guizien candidat EELV dans la 4° circonscription du Finistère m'engage, si je suis élu député,

Lire la suite...
 
André Locussol - candidat Europe Ecologie Les Verts (3ème circonscription du Morbihan) PDF Imprimer Envoyer

ENGAGEMENTS POUR UNE RÉPUBLIQUE RESPECTUEUSE DE SES LANGUES ET CULTURES RÉGIONALES

 

Je soussigné, André LOCUSSOL, candidat EELV dans la 3e circonscription du Morbihan, en conformité avec les principes fondamentaux des droits de l'homme, m'engage à  instituer une République démocratique reconnaissant la diversité culturelle  et linguistique comme principe de droit en :

Lire la suite...
 
Elections législatives en Bretagne : engagement pour la Charte européenne et un statut de droit des langues régionales PDF Imprimer Envoyer


Logo Kevre Breizh9 straed la Tour d’Auvergne
29270 Karaez / Carhaix
02 98 73 20 58
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Membre de EBLUL-France et du Réseau Européen pour l'Égalité des Langues - Collectif  du 31 mars 2012
http://www.languesregionales.org/ http://deompdei-kemper2012.org/
 
Objet : élections législatives en Bretagne :
Engagement pour la Charte européenne et un statut de droit des langues régionales.  

           Madame la candidate, / Monsieur le candidat,   

La préservation de la diversité linguistique et culturelle est un enjeu majeur pour l'humanité. La   Déclaration de l'UNESCO sur la diversité culturelle l'affirme solennellement.  
Comme pour d'autres langues au sein de la République française, le breton et le gallo sont l'expression d'identités et de cultures  qui permettent le vivre ensemble par les liens intergénérationnels qu'ils tissent avec les réalités locales sociales et historiques et leur environnement naturel et géographique. 

Ces langues sont les catalyseurs et la condition du développement harmonieux de nos territoires au service des hommes et des femmes qui y vivent, qu'ils y habitent de tout temps ou qu'ils soient venus au cours de leur existence en participant au projet de la collectivité.  
La politique de déculturation et d'assimilation de nos territoires, trop longtemps conduite par un État central ignorant  de la richesse de la diversité des langues et cultures des peuples au sein de la République, a imposé une langue et une culture uniques. Cette politique d'éradication ne peut pas apporter à la société les ressorts dont elle a besoin pour se prendre en charge elle-même.  
Faute d'une politique publique et d'un statut légal, nos langues sont particulièrement menacées dans leur transmission et leur développement.  
Certes, une certaine reconnaissance a été obtenue, dans l'éducation, dans les medias et la vie publique selon la tolérance ou le bon vouloir manifesté par les différentes autorités et les rapports de force locaux. Ces avancées sont dues au travail acharné de nos associations, à la prise de conscience de nos collectivités et à des capacités accordées par l'ouverture démocratique de la décentralisation.  
La Constitution elle-même a été modifiée en 2008 pour affirmer dans son article 75-1 que «les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France». Mais le Conseil constitutionnel en mai 2011 a considéré que cet article «n'institue pas un droit ou une liberté que la Constitution garantit».  
Aussi, aujourd'hui, cette reconnaissance d'une certaine diversité de la France, n'entraine aucune conséquence juridique et toute loi voulant garantir le droit à une langue régionale tombera sous le coup du principe «d'unicité du peuple français», ou du «français, langue de la République», c'est à dire d'une ethnicisation de la République au profit d'une seule langue.  
Sans réforme constitutionnelle, une loi pour les langues régionales ne fera que consacrer l'infériorité de nos langues et cultures et entravera leur expression et leur développement.  
Aujourd'hui, à travers le monde, les peuples aspirent à la démocratie. Ils veulent pouvoir vivre leurs langues et leurs cultures librement comme éléments essentiels de leur identité et de leur  développement. L'égalité n'est pas dans l'uniformité, mais dans la reconnaissance de la diversité avec les mêmes droits, conformément au  principe démocratique du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes.    
La République française est l'un des derniers États en Europe à refuser la reconnaissance effective en droit des différentes langues de ses territoires. Et il est temps que la France intègre les principes démocratiques fondamentaux communs à l'ensemble des pays européens au lieu de s'arc-bouter sur une exception française monolingue gravement préjudiciable à l'épanouissement de sa population dans  une société que nous vouloir plurilingue et ouverte sur le monde.  

ENGAGEMENTS POUR UNE RÉPUBLIQUE RESPECTUEUSE DE SES LANGUES ET CULTURES RÉGIONALES  


C'est pourquoi, nous vous demandons en conformité avec les principes fondamentaux des droits de l'homme, de vous engager à  instituer une République démocratique reconnaissant la diversité culturelle  et linguistique comme principe de droit en :  
-         1) modifiant la Constitution, pour affirmer que la République, à côté du français reconnaît, protège et promeut la diversité des langues  de ses territoires et les droits de leurs locuteurs,  
-         2) ratifiant la Charte des langues régionales ou minoritaires du Conseil de l'Europe, référence démocratique commune à l'ensemble des pays européens,  
-         3) mettant en place une loi cadre permettant d'adopter, pour chaque langue territoriale, les dispositions légales, réglementaires et conventionnelles adaptées, pouvant aller jusqu'à la co-officialité, en  concertation avec les collectivités territoriales et les organismes de la société civile, pour assurer la pérennité et le développement des langues régionales ou territoriales,  
-         4) Transférant à la Bretagne, dans le cadre de ses cinq départements, la compétence en matière de langues et culture avec les moyens correspondants.  


Dans l'attente de votre réponse, à laquelle nous assurerons une large diffusion, recevez, Madame, Monsieur, nos salutations les plus attentives.  


Pour Kevre Breizh 
Tangi Louarn    


Réponses à : KEVRE BREIZH, 9 straed la Tour d’Auvergne - 29270 Karaez / Carhaix  et/ou : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.   

KEVRE BREIZH fédère les plus grandes fédérations de langue et de culture bretonne et gallèse. Son objectif est la défense et la promotion des droits culturels et linguistiques des Bretons, en liaison avec les autres mouvements analogues en France, en Europe et dans le monde qui oeuvrent à la préservation de la diversité culturelle et linguistique.

KEVRE BREIZH fait partie du Collectif du 31 mars 2012, qui a rassemblé plus de 60 000 manifestants pour les objectifs fondamentaux cités ci-dessus.

KEVRE BREIZH est membre d'EBLUL-France et du Réseau Européen pour l'Égalité des Langues (ELEN – European Language Equality Network) avec lesquels elle a le statut consultatif auprès du Conseil Économique et Social des Nations Unies.     KEVRE BREIZH : Agence Culturelle Bretonne de Loire-Atlantique, Association des Écrivains Bretons, Al Levrig, Amzer Nevez, Ar Falz-Skol Vreizh, Bertaeyn Galeizz, Bodadeg Ar Sonerion, Dastum, Digor Gwengamp, Breizh Unvan – Bretagne Réunie, Dihun, Div Yezh, Diwan, Emgleo Breiz, Emglev Bro An Oriant, FALSAB, Gouelioù Breizh, Fédération de Gouren, Ar Redadeg, Identité Bretonne, KBP – Association des Professeurs de Langue Bretonne Paris, Kanomp Breizh, Kendalc'h, Kuzul Ar Brezhoneg, C'Hoariva, Poellgor An Tarv, Radio Kerne, Sked Brest, Skol An Emsav,  Skol Uhel Ar Vro – Institut Culturel de Bretagne, Skourr Breizh Kendalc'h Keltiek, Spered Kelt, Stumdi, Ti Ar Gouren, Ti Ar Vro Kemper, Tud Bro Konk, Unvaniezh ar Gelennerien Brezhoneg, War ' l Leur.